La pyrale du buis envahie la HAUTE SAVOIE

La pyrale du buis – un papillon originaire d’Asie orientale – a été découverte pour la première fois en Europe en 2006 enCydalima_perspectalis_MHNT_Imago Allemagne. Les premières observations en Suisse ont été réalisées en 2007. Tout d’abord localisée dans la région de Bâle, elle s’est depuis propagée à un rythme effréné et aujourd’hui, trois ans après son introduction, sa présence est avérée dans tout le nord de la Suisse, du canton de Vaud jusqu’au canton des Grisons et tout dernièrement au Tessin. Entre-temps, des foyers ont également été signalés en France, aux Pays-Bas, en Grande-Bretagne et en Autriche, ce qui montre que la propagation s’effectue sur un large périmètre de façon avant tout passive, soit par le transport de matériel végétal infecté, et sur des distances restreintes de façon active, soit à la force des ailes. L’espèce a été inscrite sur la liste d’alerte de l’Organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantes OEPP.

Plantes-hôtes

Pour l’instant, en Europe, le ravageur ne s’en est pris qu’au buis (Buxus sempervirens). Si, parmi les formes domestiques utilisées en horticulture, l’infestation touche particulièrement les variétés à petites feuilles, elle ne s’est pour l’instant que peu étendue aux populations poussant à l’état sauvage.

Symptômes

Les chenilles rongent les feuilles et sont capables, lors d’une forte infestation, de défolier entièrement un buis ou d’altérer son aspect esthétique, le buis prenant alors une couleur brunâtre. Les chenilles, avec leur corps vert olive et au motif caractéristique, laissent sur l’arbuste des fils de soie parsemés de crottes. Les premiers signes d’une infestation sont les crottes et les fils blancs. Comme les chenilles se nourrissent tout d’abord à l’intérieur du buisson, l’infestation est souvent détectée trop tard, lorsque des endroits sont déjà brunâtres ou que des fils de soie sont visibles à l’extrémité des branches.

Biologie

Après avoir hiverné, la première génération de ces papillons aux couleurs distinctes prend son vol en juin et va déposer sesoeufs en groupe à la face inférieure des feuilles. Au stade de jeunes chenilles, elles décapent tout d’abord la face superficielle des feuilles pour, en grandissant, dévorer l’intégralité du feuillage de leur hôte. En cas de forte infestation, l’écorce verte des rameaux est également attaquée.

La nymphose dure environ unmois. Les chenilles se transforment ensuite dans une logette tissée entre les feuilles.

Les papillons en sortent deux à trois semaines après et cherchent de nouveaux où déposer leurs oeufs. Ils ne vivent qu’une semaine et volent surtout la nuit. En Europe occidentale, l’espèce produit deux à trois générations par an. La dernière génération passe l’hiver en l’état de jeunes chenilles logées dans des cocons tissés et attachés à l’arbuste ou dans des fissures de l’arbuste. Et début mars déjà, elles quittent leur bouclier et continuent à s’alimenter sur les feuilles.DSC_0063

Mesures

A petite échelle, il est possible de ramasser régulièrement les chenilles à la main.

Cependant, celles qui se trouvent à l’intérieur de l’arbuste ne se laisseront pas si facilement découvrir. .En cas de fort pullulement, on peut détruire les chenilles de papillon en traitant les arbustes avec un insecticide approprié et homologué,p.ex. un inhibiteur de croissance des insectes ou un produit de Bacillus thuringiensis.

Ces substances doivent être appliquées si possible au début de la nymphose. Il est recommandé d’arracher les plantes isolées fortement atteintes, car elles constituent un foyer idéal pour la propagation.

Lors de l’élimination des buis, il convient de veiller à ce qu’ils finissent incinérés ou finement hachés. Il s’agit également

de renoncer à transporter du buis venant de régions infestées dans des régions exemptes d’infection. En cas de récurrence,

il est conseillé de remplacer le buis par une autre espèce.

article: Horticulture Romande