Le cynips du châtaignier investit le sud-est de la France

Découvert en 2007 dans le département des Alpes-Maritimes (une dizaine de communes contaminées
en 2009 dans les hautes vallées niçoises, près de la frontière italienne), le cynips du châtaignier a été
détecté dans de nombreux sites du sud-est en 2010 : dans 6 des 8 départements de la région Rhône-Alpes (et un cas dans le Rhône, chez un particulier), en Corse et dans le Var, en forêt et en vergers.
Cette information technique rappelle les principales caractéristiques de l’insecte, présente sa
répartition en forêt suite aux prospections effectuées par les correspondants-observateurs en 2010
et apporte quelques éléments d’actualité sur cet organisme envahissant.
Le cynips du châtaignier (Dryocosmus kuriphilus) est un insecte hyménoptère considéré au niveau mondial
comme le ravageur le plus important de cette essence. Ses attaques provoquent une diminution de la
croissance des rameaux et une baisse importante de la fructification (de 50 % à 70 % dans les
châtaigneraies à fruits pendant de nombreuses années).
Le symptôme caractéristique : la présence de galles sur les
pousses ou les feuilles
Les galles de 5 à 20 mm, de couleur verte quelquefois teintées de
rose, contiennent des logettes. Elles sont visibles au printemps,
de la mi-avril à la fin juin (cf. photo). C’est donc à cette époque
qu’il convient d’effectuer une surveillance accrue des jeunes
plantations et des massifs forestiers. On les trouve sur les jeunes
pousses, les pétioles, sur les limbes ou sur les fleurs.
Ces galles sont assez visibles lorsqu’elles sont nombreuses
(2ème ou 3ème année de contamination) ; par contre, elles le
sont difficilement lors de la 1ère année de contamination car en
nombre restreint. Cette contrainte rend aléatoire une détection
précoce, pourtant nécessaire dans le cadre de la surveillance et
de la prévention contre ce parasite. La présence des galles peut être discrète
la 1ère année –

article DSF