évolution de la surface forestière Française

En métropole, la forêt couvre actuellement 16,9 millions d’hectares soit 31 % du territoire.
C’est l’occupation du sol la plus importante après l’agriculture qui couvre plus de la moitié de la France métropolitaine.

 

définition d’une forêt:

En France métropolitaine, le taux de boisement s’élève à 31 %.

Cette moyenne masque de fortes différences départementales.
Huit départements ont un taux de boisement inférieur à 10 % : la Manche, la Vendée, le Pas-de-Calais, la Mayenne, le Calvados, la Loire-Atlantique, les Deux-Sèvres et le Nord.
Cinq départements ont un taux de boisement supérieur à 60 % : la Corse-de-Sud, le Var, les Landes, les Alpes-Maritimes et les Alpes-de-Haute-Provence.

Évolution de la surface forestière métropolitaine

La superficie forestière s’accroît fortement depuis la deuxième moitié du XIXe siècle. On estime qu’elle était comprise entre 8,9 et 9,5 millions d’hectares en 1830 (Cinotti, 1996 [2]).
Elle couvrait 14,1 millions d’hectares en 1985 [3], soit une progression moyenne d’environ 90 000 ha (0,7 % par an) durant les 30 dernières années.

La carte ci-dessous illustre l’évolution des superficies forestières entre 1985 et 2015 pour les différents départements.

L’extension de la superficie forestière concerne d’une part le grand arc méditerranéen et la Corse et d’autre part la Bretagne et les Pays-de-la-Loire. L’essentiel des boisements dans le Sud-Est concerne des terres délaissées par le pastoralisme et l’agriculture.
Dans les régions traditionnellement forestières, comme le nord-est et le massif landais, la progression est moindre. Ce constat est également valable en région parisienne du fait de la pression urbaine.

Notes

[1Les résultats de l’état des lieux actuel sont issus des cinq dernières campagnes d’inventaire forestier disponibles (2013 à 2017), correspondant à une année moyenne 2015.

[2Cinotti (B.), Évolution des surfaces boisées en France : proposition de reconstitution depuis le début du XIXe siècle, Revue forestière française, Vol. XLVIII (6), 1996, p. 547-562.

[3Résultats issus des inventaires départementaux menés entre 1978 et 1994, soit une année moyenne 1985.